NL EN
DE FR

Carla de Beus

< Ga terug naar het overzicht

Le bosselage de la tôle est une technique ancestrale qui a regagné de la considération au début du 'modernisme'. C'est à cette époque que l'on se rendit compte que les statues, outre coulées en moule ou taillées, pouvaient aussi être composées ou édifiées à partir notamment de tôle. Et ce, sous l'influence d'autres conceptions de l'espace et de l'évolution des techniques de soudage et de brasage. L'ami et compatriote de Picasso, Gonzales, qui venait d'une famille d'orfèvres, en est un exemple probant. Il composait ses statues à partir de fer en barres et de tôle de fer martelée et faisait naître son expression idiomatique en image partiellement en utilisant cette technique. Ainsi, le bosselage sut échapper quelque peu au monde des arts décoratifs et de l'artisanat et l'on vit apparaître des œuvres autonomes, par exemple, de Chillida à Lalanne en passant par Philip King.

La manière dont Carla de Beus représente le corps humain est surprenante notamment en raison des matériaux utilisés. Le métal et le plastique rendent les parties du corps représentées immobiles et les mettent au repos. Parce qu'elle ne représente à chaque fois que des parties du corps, il se crée également une distance qui est impossible par rapport au corps propre. Les parties du corps familières deviennent des objets étrangers. Chaque observateur, lorsqu'il regarde ces objets, ressent le besoin de toucher l'étrange pour rétablir la confiance. A partir du moment où l'humanité réussit à travailler le métal, cette technique est utilisée également pour représenter le corps humain. Par conséquent, Carla De Beus se situe, avec ses objets, dans une tradition vieille de milliers d'années. Les formes fragmentaires dans lesquelles elle reproduit des corps, font penser à la manière dont nous retrouvons de tels objets : en morceaux, souvent cassés et souvent difficilement reconnaissables.

La fondation Stichting Utopa actualise et stimule les talents créatifs de personnes
Lire plus Stichting Utopa