NL EN
DE FR

Le torse et le fragment


Les fragments du corps humain en bois ou en pierre, auxquels le torse appartient, sont aussi anciens que la sculpture elle-même. L'origine du concept moderne de torse - un mot à l'étymologie italienne qui signifie tronc ou souche, un arbre sans branches ni racines - remonte à la Renaissance italienne.

 

Il y avait une statue qui était déjà exposée à Rome vers 1430, au Palais Colonna ; mais il fallut attendre le seizième siècle pour qu'elle soit découvertepar des artistes et reçoive sa fonction en devenant:

le Torse « du Belvédère ». Il s'agit d'un torse d'homme plus grand que nature qu'on a considéré pendant longtempscomme représentant Hercule.

 

Cette sculpture est animée d'une grande mobilité - le tronc esttourné par rapport aux hanches - mais la tête manqueet les bras et les jambes sont cassés sous les genoux.Cette sculpture est exposée aujourd'hui au muséePie-Clémentin dans la Cité du Vatican. Une copiese trouve dans la galerie de sculptures Het Depot. Aucunesculpture de l'Antiquité n'a autant avivé l'imaginationdes artistes que ce torse. Son importance fut telle qu'il devint non seulement le symbolede la sculpture, mais aussi le symbole de l'art.

 

Le corps humain a été utilisé pendant des siècles comme symbole et métaphore pour représenter de grands idéaux vivants. Au cours des siècles derniers, les sculpteurs ontexprimé grâce au torse une vision personnelle de leur art et de leur image de l'homme. La concentration sur un seul aspect de la forme permet souvent de surcroît de conserver un juste milieu magnifique entrele figuratif et l'abstrait.

La fondation Stichting Utopa actualise et stimule les talents créatifs de personnes
Lire plus Stichting Utopa